martin_verite.gif

L'écrivain doit parler depuis son nuage de signes propres, particules chauffées à blanc par un invisible soleil. Non pas mendier, négocier - mais imposer, cela serait-il avec les armes de la plus fine des courtoisies (voyez Proust), le jamais-ouï dont il est l'esclave.

J'aime Proust pour son vice, qui est la langue, l'exceptionnelle faculté qui est la sienne d'élever chaque phrase à la plus délicate des cérémonies. Le retentissement émotionnel de cette œuvre de pianiste hors de pair est ce à quoi les œuvres de l'art peuvent prétendre de mieux. Il faut ainsi, absolument, s’exiler - sous peine de devenir proie, d'être dévoré. (p. 39)

Dans la vie comme dans la polémique, il y a deux voies : la ligne courbe et la ligne droite. Les malins suivent la ligne courbe, les innocents la ligne droite. En cela, la ligne droite est une force. Il y a une troisième voie : la ligne brisée. C'est la mienne. Elle n'a pas le bonheur de la ligne droite, ni la rondeur fuyante de la ligne courbe. La ligne brisée : une succession d'impulsions vives, vouées à la déception d'un mouvement, au départ d'un autre. (p. 43)

Jean-Paul Michel, La vérité, jusqu’à la faute (Verticales, 2007)

Jean-Paul Michel est né en 1948.
Fondateur et directeur des éditions William Blake & Co, il est notamment l’auteur de :
- Autour d’Eux, la vie sacrée, dans sa fraîcheur émouvante (William Blake & Co, 1992)
- Difficile conquête du calme (Joseph K., 1996)
- Le plus réel est ce hasard, et ce feu. Cérémonies et sacrifices 1 (Flammarion, 1997 et 2006)
- Pour nous, la Loi (Sur Hölderlin) (William Blake & Co, 1999)
- Défends-toi, Beauté violente ! Cérémonies et sacrifices 2 (Flammarion, 2001)