venus_brassempouy.jpg

Le mode conditionnel est inutile et nuisible, qui ne fait qu'apporter au passé la rancune, au présent l'envie, au futur la timidité dont ils n'ont nul besoin. Je peux tabler aujourd'hui sur un avenir selon mes vœux dont demain me dira s'il le fut ou pas, quant au passé, de lui-même il s'est enseveli et il n’y a que moi-même pour me tromper dans l'usage que je fais de ce que j'en sauve. Ce que l'expérience apprend de moins contestable c'est que tout est ainsi qu'il est dans le monde tel qu'il est, et on peut juger que la grammaire a été bien bête, à moins de la concevoir comme une sorte de nature pour nous seuls dont l'indifférence s'oppose aux efforts de notre intelligence et aux menées de notre perspicacité bien plus sûrement que l'universelle du fait que, si elle aussi nous ignore, toutefois nous nous comprenons mutuellement.

Marc Cholodenko, « Conditionnel », Glossaire (POL, 2007, p. 20)